La COP26 doit tenir ses promesses en matière d’adaptation au climat pour les personnes les plus touchées par la crise climatique

vendredi, novembre 5, 2021

par Colin McQuistan | Anna Svensson

Le dimanche 31 octobre a marqué le début de la COP26. Les dirigeants du monde entier se sont réunis à Glasgow, en Écosse, pour faire le point sur les progrès accomplis dans le cadre de l’accord de Paris et pour renforcer les efforts en matière de lutte contre le changement climatique. La Zurich Flood Resilience Alliance est ici pour plaider en faveur d’un soutien plus important aux communautés exposées aux inondations avec lesquelles nous travaillons.

Quel est le problème ?

Les inondations sont le risque naturel qui touche le plus de personnes dans le monde chaque année.  Les inondations ont un coût énorme en termes de vies, de capitaux et de moyens de subsistance. Tant dans les pays « développés » que dans les pays « en développement« .

Toutes les inondations ne sont pas causées par le changement climatique, mais les conclusions du dernier rapport du GIEC sont claires. Le changement climatique se traduit par une modification du régime des précipitations, une élévation du niveau des mers et une fonte des glaciers. Tous ces phénomènes entraîneront une augmentation des inondations, qu’il sera de plus en plus difficile de prévoir et auxquelles il faudra se préparer.

Nous devons limiter le réchauffement de la planète pour ne pas nous retrouver avec les pires scénarios prévus. Cela nécessite de sérieux efforts d’atténuation. Mais nous avons aussi un besoin urgent d’investissements pour faire face aux impacts du changement climatique que nous observons déjà. Les personnes exposées à des risques climatiques et météorologiques tels que les inondations ont besoin de ressources pour s’adapter à l’évolution du climat. Et ceux qui subissent déjà des pertes et des dommages doivent être indemnisés.

Qu’est-ce que le financement de l’adaptation au changement climatique ?

En 2009, 23 pays riches ont convenu d’investir 100 milliards de dollars par an dans le financement de l’adaptation au changement climatique pour aider les pays à faible revenu à faire face au changement climatique. Ils ont convenu que la moitié de cette somme devait être consacrée à l’adaptation au changement climatique, plutôt qu’à l’atténuation.

L’adaptation au changement climatique est un terme qui désigne la recherche de moyens de vivre avec un climat modifié ou changeant. Il peut s’agir d’actions et d’activités telles que le développement de systèmes efficaces d’alerte précoce aux inondations, le renforcement de la capacité des groupes de volontaires communautaires à se préparer et à réagir en cas de catastrophe, ou l’investissement dans des infrastructures (vertes et/ou grises) qui peuvent protéger les communautés en cas d’inondations futures de plus en plus graves.

Jusqu’à présent, l’objectif de financement de 50 milliards de dollars pour l’adaptation au changement climatique n’a pas été atteint. Nos recherches montrent également que l’argent investi n’est pas destiné aux pays qui en ont le plus besoin, à savoir les pays les plus pauvres et les États fragiles très vulnérables à l’impact du changement climatique.

La COP26 doit répondre aux besoins de ceux qui sont en première ligne du changement climatique.

Un récent rapport de l’ODI a montré que sur les 23 pays riches qui se sont engagés à financer le climat, seuls trois ont payé leur juste part des 100 milliards de dollars. Nous appelons de toute urgence les pays à la traîne à honorer leur engagement.

Tableau montrant quels pays ont contribué à leur juste part du financement climatique, et lesquels sont à la traîne. Graphique de l’ODI

Il est également temps de reconnaître que l’objectif actuel est insuffisant. Selon le PNUE, le coût de l’adaptation dans les seuls pays « en développement » s’élève à 70 milliards de dollars par an. Et si nous n’agissons pas maintenant, le coût de l’adaptation devrait atteindre au moins 280 milliards de dollars par an en 2050.

Lors de la COP26, les dirigeants mondiaux doivent fixer un nouvel objectif pour le financement du climat qui réponde aux besoins de ceux qui sont en première ligne de la crise climatique. L’adaptation au changement climatique doit être prioritaire, les investissements doivent être ciblés sur les pays les plus vulnérables au changement climatique et les financements doivent atteindre les niveaux locaux où ils peuvent avoir le plus grand impact.

L’Alliance Zurich pour la résilience face aux inondations à la COP26

La Zurich Flood Resilience Alliance et ses partenaires sont présents à la COP26, à Glasgow et en ligne, pour réitérer ces demandes, pour amplifier les voix des communautés exposées aux inondations avec lesquelles nous travaillons et qui risquent de subir des pertes et des dommages irréversibles du fait du changement climatique, et pour partager nos preuves tant sur la gravité de la crise que sur les solutions disponibles.

Pour en savoir plus sur ce que nous faisons à la COP26 et comment vous pouvez vous engager, cliquez ici.

Lisez la déclaration commune de l’Alliance sur la COP26 ici.

Postez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Commentaires